Le chien nous aime, c’est hormonal !

Le chien nous aime, c’est hormonal !

Notre chien nous aime, c’est biologique ! C’est du moins ce qu’affirme en substance une étude. Mais si le chien apprécie tant la présence de son maître, c’est aussi parce que ce dernier aura su mener à bien sa socialisation, l’éduquer correctement. Et s’occuper correctement de lui.

Si le chien est le meilleur ami de l'homme, ce serait grâce à une hormone. C’est à cette conclusion que sont parvenus des chercheurs japonais. Une étude publié dans le magazine Science et rapportée, entre autres, par The Gardian.

Regarder son chien dans les yeux pour qu’il nous aime !

Les chiens et leurs maîtres ont des poussées d’ocytocine lorsqu’ils se regardent. Cette hormone est à la base des soins maternels. Elle renforce le lien entre une mère et son enfant. En utilisant des tests d'urine, les chercheurs ont donc noté que le niveau d'ocytocine augmentait chez les maîtres qui regardaient leur chien dans les yeux. Et inversement.

Lorsque le chien nous regarde avec tendresse, ce ne serait donc pas seulement parce qu’il attend une friandise, par exemple ! Cette hormone du plaisir ferait qu’il nous aime.

C’est un mécanisme biologique qui opère. Et ce depuis des millénaires. Il aurait ainsi contribué à renforcer les liens que l’homme a tissés avec le chien au fil du temps.

La domestication du chien remise en question ?

Cela remet-il en cause la domestication du chien ? Les chercheurs assurent que le chien se serait sans doute… domestiqué lui-même. Même les loups, les « ancêtres » du chien, ne disposeraient pas pas cette réponse biologique dont l’ocytocine est à l’origine.

Cela prouve, s’il en était besoin, que la relation avec les chiens peut être bénéfique pour les humains. Les effets positifs de la présence de chiens auprès de personnes autistes ou souffrant de troubles ont été depuis longtemps démontrés.

Sourire à son chien n’est pas inutile 

Sourire à son chien n’est ni stupide ni inutile non plus. Cela est même d’ailleurs conseillé, dans le cadre de l’éducation, par exemple. Le sourire est d’autant bien perçu qu’il s’accompagne toujours de gaîté dans la voix, dans le regard aussi du maître.

Le chien est tout à fait capable de percevoir cette expression qui traduit généralement un sentiment de satisfaction de la part de son maître. Bien entendu, le sourire seul ne suffira pas toujours. Il faudra parfois l’accompagner d’un compliment, d’une caresse ou d’une récompense.

Il faut toutefois noter qu’il existe des situations dans lesquelles mieux vaut ne pas sourire à un chien. Un chien qui aurait tendance à être agressif pourrait interpréter un sourire comme une marque de « provocation » : « Il me montre ses dents », penserait-il alors. Donc prudence dans ces cas-là.

Si le chien est heureux, il va frétiller ou battre de la queue. Une étude italienne publiée dans Current Biology donne quant à elle quelques précisions sur cette attitude. Le sens du battement aurait toute son importance ! Le chien remue la queue vers la droite lorsqu’il est heureux (émotions positives) et vers la gauche lors d’émotions négatives.

Si le « courant passe » entre l’homme et le chien, c’est aussi parce que des liens se construisent dans la relation au quotidien. Dès lors que l’on est à l’écoute de son animal, que l’on répond à ses besoins, c’est toute une harmonie qui s’établit.

Cet esprit de connivence passe par un minimum d’entretien et de soins qui permettront au chien d’être bien dans ses poils. Et de le garder une bonne santé.

L’assurance santé animale, qui rembourse les frais vétérinaires en cas de maladie et/ou d’accident, est la solution pour faire face à tout imprévu. Mais aussi, de manière préventive, à aider les chiens à bien vieillir. C’est une protection santé qui n’est pas à négliger lorsque l’on aime son compagnon.

 

toutes les actualités
 
 
Revenir à  la page d'accueil